Le château de SOYANS

Le tourisme du Patrimoine historique et culturel

autour des chambres d'hôtes Frédéric MORIN et SALOME à Saillans


Le château de Soyans a été édifié à partir du Xème siècle au sommet d'une falaise qui domine le lit du Roubion entre les villages et places-fortes de Saoû et de Pont-de-Barret.
En 912, Soyans est nommé dans une donation faite aux évêques de Valence par Louis III l'Aveugle, roi de Provence (890-928) et empereur d'occident (901-905).

La chapelle romane St-Marcel jouxte les ruines du château à l'Ouest, à l'extrémité du vieux village médiéval de Soyans.
Cette chapelle du XIIe siècle figure dans la donation de 912 sous le vocable de Ste-Marie.

Le château n'est pas édifié sur la partie la plus haute du site vers l'Est, marquée par les vestiges d'une muraille et d'une tour. Un fossé creusé dans le rocher sépare le château de la partie haute ; la tour qui domine ce fossé présente des maçonneries antérieures au XVIe siècle.



Il reste bien peu du château confisqué par Louis XI (né en 1423- roi de France 1461-1483), qui l'a attribué à son valet de chambre François d'Eurre.
Les ruines aujourd'hui visibles sont les vestiges, après un incendie de trois jours en 1796, d'une plaisante demeure largement ouverte au-dessus de la falaise, et dont la cour disposée au nord étendait plusieurs niveaux de terrasses au-dessus du village de Soyans.
Le confort d'été était donc recherché, mais les encadrements de pierre des fenêtres et des portes ont tous disparu, rendant difficile la datation stylistique des maçonneries.
Les Poitiers de Saint-Vallier ont récupéré cette seigneurerie vers 1540 ; Diane de Poitiers (1500-1566) duchesse de Valentinois et de Diois, compta au nombre des propriétaires.
La famille des Montauban en devient propriétaire en 1616, jusqu'à la Révolution ; le titre de marquis de Soyans leur est conféré en 1717.

château de Soyans, les terrasses dominant le village au Nord. A droite la chapelle romane St-Marcel
Implanté le long de la falaise au Sud, le château offre un plan en "U" très applati. Les hauts bâtiments portent ombre sur les terrasses édifiées sur des structures voûtées d'arrêtes. La totalité ou presque de la construction est parcourue horizontalement d'une corniche au fort quart-de-rond (1/4 de cercle) qui renseigne sur l'homogénéité de la construction aujourd'hui visible, qu'il faut placer plus volontiers sous les Montauban au XVIIe siècle que sous les Poitiers au XVIe siècle.

L'accès au site est aisé depuis le village et fait admirer un panorama exceptionnel sur la Vallée du Roubion, la Forêt de Saoû au Nord et la Montagne de Couspeau à l'Est.

cartographie du chateau de Soyans
photographie aérienne du château de Soyans, en orange le rempart ceinturant les parties les plus élevées de la falaise








retour vers les autres pages "tourisme du patrimoine" de notre site :

Attention, la nature même drômoise reste un milieu sauvage.
Votre prudence personnelle impose sa règle en toute circonstance.
Notre responsabilité ne saurait être engagée par nos suggestions.