"LA CULTURE EN PARTAGE" avec
Frédéric MORIN architecte-conférencier

Histoires d'Architectures bioclimatiques

La maison Borujerdi à Kashan, vers 1857
l'adaptation de l'architecture traditionnelle en Iran au climat désertique : une belle exploitation des maigres ressources en eau combinée à des espaces de vie ingénieusement conçus
Une belle architecture bioclimatique avant la lettre,
composée par l'architecte Ustad Ali Maryam

Voici une partie du diaporama proposé par Frédéric Morin, architecte-conférencier, pour préparer l'adaptation de nos maisons face au réchauffement climatique, par un intelligent usage de l'eau pour la capter, la conserver et l'utiliser plusieurs fois à plusieurs usages différents.

Ces architectures traditionnelles peuvent inspirer nos choix face aux enjeux climatiques qui vont marquer les décennies à venir. Avec des températures de plus en plus élevées et un climat globalement plus continental, comment assurer le confort tout en diminuant le coût énergétique d'exploitation des espaces de la vie des humains toujours plus nombreux ?

conférence de Frédéric Morin sur l'architecture traditionnelle bioclimatique dans les zones désertiques
  l'adaptation aux changements climatiques : les solutions traditionnelles en Iran

Dans ces régions, le rapport entre l'intérieur et l'extérieur des constructions est modelé par l'exceptionnelle dureté des condidions climatiques, sur les plateaux d'altitude généralement supérieure à 1.000 mètres. À Kashan au centre de l'Iran, (à 932m d'altitude, amplitude thermique des records de -23° à +47°C) la moyenne des températures hautes dépasse 30°C pendant 5 mois de mai à septembre, dont juillet au-dessus de 40°C, alors que la moyenne des températures basse descend sous 5°C durant 4 mois de novembre à février, dont 2 mois sous zéro. La pluviométrie annuelle ne parvient pas à atteindre 15 cm ! (par comparaison, cette pluviométrie est supérieure à 76 cm à Nîmes où il fait aussi chaud en été mais moins froid en hiver).
Il faut donc retenir la rare eau superficielle et capter l'eau souterraine, la conserver depuis la saison hivernale (où l'altitude fait qu'elle tombe sous forme de neige) jusqu'au milieu de l'automne suivant, l'acheminer pour la distribuer et l'utiliser plusieurs fois, en répartissant les usages entre l'irrigation des cultures, la boisson des hommes et des bêtes, l'énergie du travail des moulins (farine, textile...), le rafraîchissement des espaces de vie, maisons, jardins et hammams.
En effet, il n'y a pour ainsi dire pas d'eau en surface pour abreuver le bétail ; l'agriculture est subordonnée à l'irrigation et à l'amendement des sols puisque la vie animale est insuffisante pour les fertiliser naturellement. Si l'on considère que les constructions humaines, l'architecture, constituent un vêtement complémentaire externe dans lequel nous pouvons bouger --le chauffage nous permet de traverser l'hiver en débardeur et la climatisation de conserver notre complet-veston en plein été-- alors dans ces régions désertiques l'architecture règle non seulement le rapport entre l'intérieur et l'extérieur mais aussi celui entre dessus le sol et dessous le sol, entre « en surface » et « sous-terre ».

conférence sur l'architecture traditionnelle bioclimatique dans les zones désertiques

Au cours des siècles, d'ingénieux dispositifs techniques et des espaces particuliers ont été développés et permettent de vivre (frugalement) dans des régions particulièrement inhospitalières suivant nos critères européens. Les qanats (foggaras au Maghreb = systèmes de puits et tunnels souterrains) captent l'eau des nappes phréatiques pour la conduire, à l'abri de l'évaporation, là où elle est vitale. Toutes ces architectures traditionnelles ont des espaces souterrains, les sirdab arabes ou sardab iraniens. L'évaporation de l'eau en profondeur y est en Iran accélérée par des tours à vent (badghirs) pour renouveler l'air en profondeur en apportant un air sec qui peut se rafraîchir en absorbant l'humidité souterraine et corrélativement des calories.
Nous allons voir ensemble comment, avec des matériaux limités à la brique ou l'adobe et aussi peu de bois que possible, la tradition a mis au point des espaces et des techniques ingénieux, très simples et durables, pour vivre dans des conditions climatiques extrêmes.


architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 : la cour principale vue vers le Nord


La maison Borujerdi ou Boroudjerdi à Kashan, vers 1857 :
.
La maison Borujerdi à Kashan a été construite par l'architecte Ustad Ali Maryam pour la fille d'une riche famille de marchands de tapis, les Tabatabai, qui ont offert cette maison à leur fille à l'occasion de son mariage avec Mehdi Borujerdi. Un examen attentif des documents visuels est indispensable pour distinguer les constructions et les aménagements de cette maison Borujerdi d'avec celles Ameri et Tabatabaei de Kashan, cette dernière ayant été construite antérieurement par le même architecte Ustad Ali Maryam à partir de 1840. En arabe, Hustaz signale la déférence à "Monsieur", en persan Ustad fait déférence à "Maître".
Cette maison est aujourd'hui un musée, célèbre en raison de son extraordinaire hall de réception d'été :



architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - cette maison est célèbre en raison de son extraordinaire hall de réception d'été

La maison Borujerdi comporte deux cours parallèles, mais seule la cour birouni = "extérieur" est bien documentée car ses dispositions excèdent l'ordinaire. L'espace intérieur, le andarouni de la cour voisine, reste dans l'ombre mais mériterait certainement d'être mieux connue car ses espaces ont bénéficié des mêmes attentions du même architecte, à défaut d'une munificence semblable pour sa décoration :


architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - cette partie privée de la maison mérite certainement d'être mieux connue car ses espaces ont bénéficié des mêmes attentions, à défaut de sa décoration

L'architecte Ustad Ali Maryam a réalisé cette maison commandée par les Tabatabai, les parents de la femme du fils Mehdi de la famille Borujerdi, des riches marchands qui possédaient certainement d'autres biens pour leurs affaires. Cette maison Borujerdi-là offre donc un birouni = "extérieur" exceptionnel puisqu'il s'agit de représenter le prestige familial.

Au rez-de chaussée, la cour occupe l'essentiel de la surface de la parcelle rectangulaire orientée nord-sud ; l'allongement de la cour est souligné par la proportion du bassin et des banquettes végétales. L'essentiel de la construction se développe au Sud de la cour, à l'opposé de l'entrée, ce qui met en valeur la composition de la façade du hall d'apparat et oblige à traverser la cour en longeant le bassin pour s'y rendre. Voilà un exemple avant la lettre de la "promenade architecturale" qui sera plus tard chère à Le Corbusier. Les perspectives sur le bassin profitent à des espaces préférés l'été au Sud et l'hiver au Nord. La maison dispose d'importants développements en sous-sol, certains ouverts au Sud pour être chauds en hiver ou frais en été parce que le soleil n'y pénêtre alors pas :


architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - côté nord de la cour principale et sa terrasse de réception d'hiver, au soleil

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - la terrasse de réception d'hiver, au soleil une grande partie de la journée

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - la terrasse de réception d'hiver, au soleil une grande partie de la journée

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - deux portes sont protégées par une trompe commune ornée de muqarnas, = stalagtites en français

Les espaces d'habitation sont dupliqués avec des parties à double hauteur ombragées, ou souterraines, utilisées l'été et d'autres préférées l'hiver ou en mi-saison car plus chaudement ensoleillées ou moins froides car souterraines, en tous cas de simple hauteur et non pas de double hauteur. On change de lieu en fonction des saisons et de la météo du moment. Une migration saisonnière dans la maison, en quelque sorte :


architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - plan des trois niveaux : étage, rez-de-chaussée et sous-sol

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - façade sur cour de deux niveaux d'habitation, au rez-de-chaussée et en sous-sol

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - espace d'habitation à double hauteur au rez-de-chaussée, non fermé, avec un bassin octogonal sous la coupole

Les espaces d'hiver ou de mi-saison sont moins vastes, les lumières ou prises de jours de leurs coupoles ne sont pas sans vitrage :


architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - pièce de réception d'hiver

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - coupole à muqarnas d'une pièce d'hiver

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - coupole à muqarnas d'une pièce d'hiver

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - coupole à muqarnas d'une pièce d'hiver

Les données climatiques de Kashan expliquent ces développements en sous-sol. L'amplitude thermique des records est de 70°C, de -23°C en hiver jusqu'à 47°C en été alors que la température moyenne du sous-sol varie peu, entre +10°C et +18°C suivant les profondeurs. On peut donc considérer qu'en hiver la terre est toujours plus chaude et confortable que l'air, et qu'en été la terre est toujours plus fraîche et confortable que l'air.
Les moyennes mensuelles hautes et basses confirment ce diagnostic. La moyenne mensuelle des maximales dépasse 35°C durant 4 mois de l'année, et celle des minimales reste sous 5°C durant 4 autres mois :


Kashan données climatiques / climate data

La perspective axonométrique et la section de même font voir et comprendre le fonctionnement bioclimatique de la maison en montrant l'importance des espaces de réception simplement couverts par leurs coupoles mais non fermés au Sud, complétés par le sardab souterrain enterré, dont l'air est renouvelé par les deux tours-à-vents qui encadrent l'ensemble :


architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - vue axonométrique générale montrant la position des tours-à-vents

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - section axonométrique générale montrant les espaces souterrains du sardab

La perspective sur le hall de réception estival au Sud de la cour, encadré par les deux tours-à-vents badghir qui forcent la circulation de l'air intérieur :


architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - vue générale de la cour vers le Sud montrant la position des tours-à-vents

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - vue générale de la cour vers le Sud montrant la position des tours-à-vents

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - l'ouverture de l'iwan sur la cour et les toits du salon d'apparat d'été

Les vues des toitures du hall de réception estival montrent que son iwan d'ouverture sur la cour est très profond :


architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - vue générale de la cour vers le Sud montrant la position de l'iwan, du dôme de la salle de réception et des tours-à-vents de ventilation

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - vue générale de la cour vers le Sud montrant la position de l'iwan, du dôme de la salle de réception et des tours-à-vents de ventilation

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - vue générale de la cour vers le Sud montrant la position de l'iwan, du dôme de la salle de réception et des tours-à-vents de ventilation

Vue générale des toitures de Kashan autour de la Maison Borujerdi :


architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - vue générale des toitures de Kashan autour de la Maison Borujerdi

Les espaces de réception d'été de la Maison Borujerdi sont couverts, mais très peu sont fermés de menuiseries. Largement ouvert sur la cour, l'ensemble s'apparente à un préau :


architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - vue générale de la cour vers le Sud, montrant l'ouverture de l'iwan de la salle de réception et des tours-à-vents de ventilation

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - sous la salle de réception s'ouvre le sardab souterrain

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - plans du rez-de-chaussée et de l'étage du hall d'apparat

L'état actuel de la partie antérieure de la salle de réception d'été ne présente pas la décoration attendue, que l'on apperçoit au fond. Mais cette absence ne nuit pas à l'efficacité de la conception bioclimatique de cet ensemble, et même au contraire démontre que l'efficacité de cet iwan ne dépend pas de la richesse des matériaux de placage décoratif. Voici un espace brut :


architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - l'ouverture de l'iwan de la salle de réception ne présente aucun décor : voici un espace brut

L'espace brut de cet iwan introduit dans la salle de réception, le talar richement décoré :


architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - l'ouverture de l'iwan brut sur la salle de réception richement décorée

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - l'ouverture de l'iwan brut sur la salle de réception richement décorée

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - l'ouverture de l'iwan brut sur la salle de réception richement décorée

La munificence architecturale suggère que la famille Tabatabaei avait les moyens financiers d'impressionner favorablement la famille de leur gendre Mehdi Borujerdi. Cette compétition pourra sembler bien vaine aux yeux de certains, mais il faut retenir qu'elle a nourri quelques 150 laborieux et leurs familles pendant 18 ans... et qu'elle laisse aux générations futures un patrimoine culturel remarquable :


architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - la salle de réception d'été richement décorée

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - la salle de réception d'été richement décorée, vue vers le Sud

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - l'alcôve sud et son plafond

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - le balcon intérieur au-dessus de l'alcôve sud, sous la coupole à muquarnas = stalagtites

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - le balcon intérieur au-dessus de l'alcôve sud, sous la coupole à muquarnas = stalagtites

L'occulus de cette coupole-là est aménagée d'un lanternon central, dont les fenêtres sont munies de claustras qui limitent l'intrusion de la pluie --il en tombe environ 15cm par an à Kashan :


architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - détail du lanternon de la coupole à muqarnas = stalagtites du talar central

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - vue kaléïdoscopique de la coupole à muqarnas = stalagtites du talar central

Les petits côtés de la grande salle sont traités avec le même soin, de même que les angles qui assurent le passage du plan rectangle de la pièce à celui de la coupole à muqarnas = stalagtites. Un balcon triangulaire à l'étage correspond à la trompe qui supporte la coupole :


architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - détail du lanternon de la coupole à muqarnas = stalagtites du talar central

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - détail du lanternon de la coupole à muqarnas = stalagtites du talar central

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - détail du lanternon de la coupole à muqarnas = stalagtites du talar central

Une remarque s'impose à propos de ces coupoles ornées de muqarnas : le terme français est "stalagtite" et fait donc référence au monde souterrain des grottes et de leurs draperies décoratives de calcite. Or le répertoire formel composé par l'architecte Ustad Ali Maryan est bien celui organique de ces formes que la nature a sculptées sous terre, en harmonie avec la grande partie de sa construction qui est sous terre. Avec cette salle d'apparat d'été, il construit en surface une architecture souterraine :


architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - extérieur du dôme du talar central, prises de jours couronnées du lanternon

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - intérieur de la coupole du talar central, prises de jours protégées

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - vue générale extérieure du dôme du talar central depuis le Sud = façade aveugle

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - vue générale extérieure du dôme du talar central depuis la cour voisine au Sud-Ouest

De part et d'autre du long iwan d'accès au talar central qui se développe en largeur, deux espaces latéraux sont couverts de coupoles à stalagtites elles-aussi. Couverts mais non fermés, car les différents occuli zénithaux de ces pièces-là ne sont pas fermés à la pluie :


architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - vue intérieure de la coupole d'un talar latéral et l'un de ses occuli

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - plans du rez-de-chaussée et de l'étage du hall d'apparat

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - les deux salles latérales s'ouvrent de part et d'autre sur le profond iwan central

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - les salles latérales s'ouvrent sur le profond iwan central, ici l'angle nord-ouest de la salle latérale est

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - vue générale intérieure vers le Sud du talar latéral ouest

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - détail intérieur vers le Sud-Ouest du talar latéral ouest

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - vue vers l'Ouest depuis l'iwan central du talar latéral ouest, sa coupole à stalagtites et son occulus central

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - vue générale intérieure vers l'Ouest du talar latéral ouest et ses 3 occuli

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 -  en toiture, devant le dôme du hall principal, deux des 3 occuli du talar latéral est

Les caractéritiques de ces espaces ouverts au ciel font référence aux salles principales des Temples du Feu de la Perse antique, par exemple au Palais d'Ardashir 1er construit en 224 AD à Firouzabad. Ustad Ali Maryam y avait déjà fait référence avec les deux patios du Khaneh Tabatabaei réalisé autour de 1840 à Kashan :


architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - vue kaléïdoscopique de la coupole à stalagtites de l'un des talars latéraux

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - détail des stalagtites d'un talar latéral et ses occuli

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Firouzabad palais d'Ardashir 1er vers 224 AD - grande salle centrale dont l'occulus est ouvert

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Firouzabad palais d'Ardashir 1er vers 224 AD - jeu de lumière sur l'occulus de la grande salle centrale

Le décor de stucs et peinture est tout naturellement à la hauteur des espaces bioclimatiques, et apporte sa contribution à la réalisation d'une architecture remarquée à défaut de pouvoir être exemplaire. Ustad Ali Maryam et les Tabatabai ont fait appel à un peintre de Kashan, Mohammad Ghaffari (1847-1940), qui deviendra de renom Kamal-ol-Molk (= "la Perfection du Pays) :


architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - décor peint

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - décor peint

architecture bioclimatique = fluidité des espaces entre dedans et dehors : Kashan maison Borujerdi par Maryam vers 1857 - décor de stuc


Avec un hall de réception d'été qui ne comporte aucune porte et des jours zénithaux laissés ouverts à la pluie, voilà la deuxième oeuvre d'un architecte du XIXe siècle, savant de la culture de son pays, fin observateur des conditions naturelles, et habile à renouveler les solutions traditionnelles pour en améliorer l'efficacité : un exemple remarquable de belle architecture bioclimatique !




RETOUR VERS LE HAUT DE PAGE
D'autres informations ? poursuivez en visitant :
conférence de Frédéric Morin sur l'architecture traditionnelle bioclimatique dans les zones désertiques
  l'adaptation aux changements climatiques : les solutions traditionnelles en Iran

complété et mis à jour le 8 juillet 2020
mentions-légales


Droit à l'Image :
si vous souhaitez que l'une de vos photos
soit supprimée de ce site pédagogique,
merci de contacter le webmaster :
ici





HISTOIRES
D'ARCHITECTURES



terrasse pergola table hotes saillans vue 3 becs foret saou www.chambres-hotes-morin-salome.fr

.

pour contacter Frédéric Morin
architecte-conférencier :
06.14.18.75.89 -- 04.75.21.43.95


Droit à l'Image :
si vous souhaitez que l'une de vos photos
soit supprimée de ce site pédagogique,
merci de contacter le webmaster :
ici



RETOUR VERS
LES AUTRES
CONFERENCES DE
FREDERIC MORIN
cliquez ici

.
Conférences proposées
dans le cadre des nombreuses
Universités Populaires de la Drôme
ou à la
Maison de l'Architecture de la Drôme

Maison de l'Architecture de la Drôme logo
Association Loi 1901
Maison des Têtes
57, Grande Rue
26000 VALENCE
contact
.

LA FLUIDITÉ DES ESPACES ENTRE DEDANS ET DEHORS, OU « À LA FOIS DEDANS ET DEHORS », AVEC L'ARCHITECTURE MODERNE DEPUIS 1900 JUSQU'À 1980 :

ARCHITECTURE et CLIMAT
Fluidite des espaces
conference sur la fluidite des espaces dans l'architecture moderne
Adaptation climatique
Architecture moderne 1900-1980

ARCHITECTURE et CLIMAT
Fluidite des espaces
conference sur la fluidite des espaces dans l'architecture contemporaine
Adaptation bio-climatique
Architecture contemporaine 1980-2019

MAISONS D'ARCHITECTES
conférence de Frédéric Morin sur les maisons iconiques d'architectes vers une belle architecture bioclimatique adaptée au réchauffement
belle architecture bioclimatique
adaptation au réchauffement


ARCHITECTURE et CLIMAT
l'adaptation aux changements climatiques par la fluidité des espaces : 
  l'exemple des palais orientaux ; conférence de Frédéric Morin
l'adaptation des palais orientaux


ARCHITECTURE des DESERTS
conférence de Frédéric Morin sur l'architecture traditionnelle bioclimatique dans les zones désertiques
  l'adaptation aux changements climatiques : les solutions traditionnelles en Iran
adaptation des maisons en Iran


Elevage traditionnel en Iran
Ispahan pigeonniers pigeon-towers
ressources vivrières

Cultures traditionnelles en Iran
cultures de rapport en Iran : roses, pistache, safran
ressources économiques

CLIMAT en IRAN
statistiques climat Firouzabad Ispahan Kashan Kerman Mashad Shiraz Tabriz Yazd
données comparatives

Shaduf ou Shadouf
Shaduf ou Shadouf puisage de l'eau au Proche-Orient
puisage de l'eau en Orient

Araghatta ou Roue persane
Roue persane, Araghatta, Sakia : roue à godets de puisage de l'eau au Moyen-Orient
puisage de l'eau en Orient

Baoli ou Steepwell
Baori, Baoli, Ki-Vav : puits à escalier (steepwell) aux Indes
puisage de l'eau en Orient

QANAT ou QARIZ
Qanat, Kariz ou Foggara au Maghreb : tunnel de captage des eaux souterraines
captage + transport de l'eau

AB-ANBAR + BADGHIR
Ab-Anbar : réservoir souterrain d'eau rafraîchie par des tours attrape-vent = Badghirs ou Bagirs (wind-catchers)
stockage d'eau rafraîchie

PAYAB et SARDAB
Payab et Sirdab ou Sardab : escaliers et salle souterraine avec bassin alimenté par un qanat
salle de séjour souterrain

MOULINS à FARINE
moulins hydrauliques souterrains alimentés par qanat
énergie de l'eau

YAKHTCHAL
Yakhtchal ou Yakhchal : dispositif de fabrication en hiver et de stockage en été de la glace
glacière / conservation

SHIRAZ mausolée Saadi
Shiraz sardab public jouxtant le mausolée de Saadi
sardab public

KASHAN Fin Garden
Kashan jardin de Fin par Shah Abbas 1er (1571-1629) complété sous les Kadjars au XIXe siècle
Shah Abbas av. 1629

ISPAHAN Hast Behesht
Ispahan palais Hasht-Behesht en 1669 par Suleiman Ier (1666-1694)
Suleiman 1er 1669

KASHAN Manouchehri
Kashan maison Manouchehri vers 1736
vers 1736

YAZD Dolat Abad
Yazd jardin et palais Dolat Abad vers 1750 par le régent Karim Khan Zand (1760-1779)
Karim Khan Zand v. 1750

TABRIZ Bazaar
Tabriz Bazaar reconstruit après le tremblement de terre de 1778 sous Karim Khan Zand (1760-1779)
Karim Khan Zand 1779

SHIRAZ hammam Vakil
Shiraz Hammam Vakil sous Karim Khan Zand (1760-1779)
Karim Khan Zand av. 1779

KASHAN maison Ameriha
Kashan maison Ameriha avant 1779 par Agha Ameri, gouverneur zandide de Kashan
Agha Ameri av. 1779
KASHAN maison Abbasi
Kashan maison Abbasi vers 1794 par Agha Abbasi, riche marchand de verre
Agha Abbasi 1780-1800
KASHAN maison Tabatabaei
Kashan maison Tabatabaei construite pour Jafar Tabatabaei riche marchand par l'architecte Ustad Ali Maryam vers 1840
Ustad Ali Maryam 1840-1880
KASHAN maison Boroudjerdi
Kashan Boroudjerdi ou Borujerdi construite pour la fille de Jafar Tabatabaei mariée à Mehdi Borujerdi riche marchand de tapis par l'architecte Ustad Ali Maryam vers 1857
Ustad Ali Maryam 1857

Kashan Bazaar
Kashan Bazaar Khan Timche-ye Amin od-Dowleh construit par l'architecte Ustad Ali Maryam en 1863
Ustad Ali Maryam 1863

KERMAN Mahan Shazdeh
Kerman Mahan jardin Shazded v. 1870 sous Abdolhamid Mirza Naserodolleh (1848-1896)
Nassereddine Chah v. 1870


ARCHITECTURE MODERNE
histoire de l'architecture moderne en Allemagne jusqu'en 1933 ; conference de Frederic Morin
LES APPORTS ALLEMANDS


LES PONTS histoire et techniques de construction des ponts depuis l'Antiquité romaine jusqu'à aujourd'hui ; conference de Frederic Morin
HISTOIRE & TECHNIQUES


MUSEES DU Architectures des musées du Sud-Est de la France ; conference de Frederic Morin
SUD-EST DE LA FRANCE


MATERIAUX de CONSTRUCTION
conference 2019 histoire techniques fabrication des materiaux de construction ; conference de Frédéric Morin
histoire de leur fabrication


ARCHITECTURE CHRETIENNE
conference 2019 histoire de l'architecture chrétienne le long du pelerinage de Saint-Jacques de Compostelle
sur les chemins de St-Jacques


ENTRE DEHORS ET DEDANS
LA CONCEPTION MUSULMANE DE L'ARCHITECTURE
  La notion musulmane de l’espace privilégie un espace intermédiaire
  entre les espaces intérieurs et extérieurs : « ENTRE DEDANS ET DEHORS ».
  L’aboutissement de l’art des architectes musulmans ne serait pas la conception des volumes, 
  mais résiderait plutôt dans la manière de ne pas fermer l’espace.
conception musulmane de l'espace


RETOUR VERS
LES AUTRES
CONFERENCES DE
FREDERIC MORIN
cliquez ici

.