"LA CULTURE EN PARTAGE" avec
Frédéric MORIN architecte-conférencier

Histoires d'Architectures

architectures laïques
la foi en l'humanité

Depuis sa création en 1996, la Maison de l'Architecture de la Drôme souhaite faire partager sa passion pour l'architecture et organise des conférences destinées au grand public et aux professionnels.
Voici le diaporama projeté par Frédéric Morin, architecte-conférencier, sur l'architecture laïque : comment la laïcité organise-t-elle les espaces bâtis pour accueillir des activités humaines en dehors de tout cadre religieux :
structures de production et de commerce, les infrastructures de transports, les temples de la connaissance que sont les bibliothèques, les différents monuments comméroratifs du culte de la mémoire, ceux qui soudent l'identité nationale, les enceintes sportives qui accueillent les "dieux du stade" les temples des spectacles et de la musique qui célèbrent les "divas", les temples de la science où elle est exposée au public, et ceux où les chercheurs cherchent, trouvent et enseignent.

conference 2019 architectures laiques, au-dela de la religion pour l'humanité

La laïcité s'érige en une civilisation qui dépasse les oppositions religieuses pour les reléguer à la sphère privée de l'individu. Elle promeut un mouvement d'inclusion des individus en garantissant à chacun sa liberté de croire ou de ne pas croire, d'adhérer à un mouvement politique ou de le combattre, et invite chacun à dépasser les limites forgées par son éducation et son milieu d'origine grâce à au progrès scientifique et à l'instruction du plus grand nombre. On voit bien ici en quoi la question de l'instruction des filles est un enjeu crucial : son absence, son refus, est l'un des outils du maintien des traditions, de quelque obédience qu'elles soient.
Cette instruction est idéalement délivrée dans des écoles (entre 1870 et 1914 la France en a érigé 40.000, soit 2,5 par jour sur 44 ans), mais elle est aussi diffusée par de nombreux équipements publics : nous en avons déjà parcouru quelques-uns comme les musées, mais les ponts aussi qui relient entre-elles des populations que leurs religions opposent (Mostar, Allenby...). Nous ne parcourrons les édifices du pouvoir que pour s'en méfier car le culte de la personnalité est un travers universellement répandu. Nous leur préférerons les temples de la culture-savoir que sont les bibliothèques, les centres de recherches scientifiques, les muséums d'histoire naturelle et jardins d'acclimatation. Nous visiterons les temples de la culture-plaisir que sont les salles de spectacles et les enceintes sportives qui savent cristalliser des communautés dans d'autres champs que ceux de la religion (tout en célébrant les "Diva" et les "Dieux du stade"...). Mais nous commencerons par quelques édifices qui à la fois symbolisent et dépassent cet esprit de clocher : les beffrois.
Leur utilité matérielle ? donner l'heure à tout le monde sans que cela soit l'heure du curé (ou du Parti communiste). Ce faisant, ils soudent une communauté à l'écart de la religion, et ils sont bien parmi les plus anciens édifices civils affirmés en tant que tels : les maisons consulaires antérieures à la Révolution revendiquaient à la fois contre l'église et contre les seigneurs.
Sous un angle voisin se posent les halles commerciales accueillant foires, expositions et salons professionnels. Ces équipements mettent en relation des vendeurs et des acheteurs autour d'un centre d'intérêt commun, autour du besoin d'une population et de sa satisfaction matérielle le plus souvent (CNIT, halles Baltard, marchés couverts...). Il est aussi curieux de pouvoir identifier un pays à ses moyens de transports collectifs : le métro, les bus, les taxis...
Mais il est des besoins collectifs autres que matériels : le sentiment national se cristallise sans doute moins sur les édifices où s'exerce le pouvoir (le palais de l'Elysée par exemple) que sur d'autres constructions, comme la Tour Eiffel pour les français. Nous parcourrons quelques monuments nationaux qui témoignent d'une homogénéité certaine autour de la planète, tels que "depuis toujours" opéras et philharmonies.

architectures laiques, au-delà de la religion pour l'humanité :


PRODUCTION ET COMMERCE
fabriquer et vendre ; espaces de la production et des échanges
palais des expositions
TRANSPORTS
icones du transport
transports & déplacements
BIBLIOTHEQUES
temples du livre
les temples du livre

MONUMENTS MEMORIELS
le culte des martyrs, la mémoire collective
les temples de la mémoire
IDENTITE NATIONALE
identité nationale
forger un sentiment collectif
ENCEINTES SPORTIVES
les dieux du stade
les temples du sport

SALLES DE SPECTACLE
divas, stars et étoiles
Divas, stars et étoiles
MUSEES DES SCIENCES
temples de la science
diffusion de la recherche
INSTITUTS SCIENTIFIQUES
temples de la recherche scientifique
les temples de la recherche


« à la fois dedans et dehors »

Quelques exemples d'ESPACES RELIGIEUX. Malgré qu'aucun signe religieux ne soit visible, la composition des espaces et de la lumière fait comprendre aux Occidentaux que nous sommes que cet endroit n'accueille pas n'importe-quelle tenue vestimentaire par exemple :


USA-Ma-MIT - Unnamed Chapel par Eero Saarinen - 1955

Très clairement ce type d'espace va influer notre comportement, même en l'absence de tout signe religieux. La lumière qui tombe du ciel va nous inciter « naturellement » à penser, à nous recueillir :


Paris-siège de l'UNESCO - Espace de Méditation par Tadao Ando - 1995

Paris-siège de l'UNESCO - Espace de Méditation par Tadao Ando - 1995

Jerash 1983 un homme à sa prière de midi à l'ombre d'un arbre

Pour un occidental judéo-chrétien pour lequel « Dieu est aux cieux », l'image ci-dessus ouvre d'autres horizons : pour un musulman, Dieu baigne la totalité de la création et il n'y a donc pas de « dehors ». L'ombre de l'arbre est donc un « dedans » à l'intérieur duquel le tapis de prière constitue un autre « dedans ». Il n'y a pas de « dehors », pas d'espace laïc extérieur à la sphère du divin. L'immensité du désert dans laquelle baigne ce musulman à la prière est un intérieur :


un homme à sa prière de midi à l'intérieur de nulle part

Pour un occidental de civilisation judéo-chrétienne, « Dieu est aux cieux ». C'est assis sur un nuage qu'il exige les explications d'Adam, d'Eve, du serpent, etc. avant de les chasser du Paradis. Depuis les hommes savent qu'il y a un « dehors » extérieur à « dans » la maison de Dieu :


Le Dominiquin - La Réprobation - 1626

La maison de Dieu est délimitée de manière visible, de même qu'est rappelée l'expulsion du Paradis :


Fra Angelico - Annonciation - v. 1430 : l'intérieur de la maison de Dieu est très visible, de même qu'à l'extérieur (à gauche) le rappel de l'expulsion du Paradis

Lorsque le Père de Foucauld s'établit dans son ermitage d'Assekrem, il baigne dans un paysage grandiose qu'il imagine créé par Dieu et, à 2.760m d'altitude, il se rapproche autant que possible de la « maison de Dieu » :


Hoggar : l'ermitage d'Assekrem du Père Charles de Foucauld à 2760m d'altitude

C'est ainsi pour redescendre sur terre et vivre avec son temps, hors de la maison de Dieu, que les beffrois des maisons consulaires, devenues les mairies avec la Révolution, donnent une autre heure que « l'heure du curé ». Voilà donc l'un des premiers exemple d'espaces laïcs, celui de la conduite des affaires de la cité, indépendance lentement conquise depuis le Moyen-Age :


59-Comines - Hôtel de Ville aux 3 clochers

59-Dunkerque - Hôtel de Ville - 1901

59-Dunkerque - Hôtel de Ville - 1901 : le carnaval, espace et temps d'affranchissement

C'est désormais l'édile municipal qui distribue le produit de la « pêche miraculeuse » :


59-Dunkerque - Hôtel de Ville - 1901 : c'est désormais l'édile municipal qui distribue le produit de la pêche miraculeuse

Les organisations chrétiennes n'ont pas le monopole de la solidarité comme le montre cette sculpture en (très) haut relief à Minks, aujourd'hui récupérée par une multinationale américaine :


Minsk-Belarus - Architects E.Levina, V. Gerashchenko, G.Svyatsky - built-1960-70

L'heure des confréries professionnelles :
Cette solidarité s'est d'abord exprimée dans la sphère professionnelle comme en témoigne le qualificatif « consulaire » pour décrire la Chambre de Commerce et d'Industrie, survivance du titre antique de « Consul » pour désigner un représentant élu (un Echevin dans le Nord).
La conquête de cette autonomie par rapport aux pouvoirs seigneurial et religieux est magnifiée par cette Halle des Drapiers de Ypres (Belgique, 1200-1304) dont le beffroi était plus haut que celui de l'église paroissiale voisine :


B-Ypres Halle aux Draps - Beffroi - 1200-1304 - avant 1914

B-Ypres Halle aux Draps - Beffroi - 1200-1304 état en 1918

B-Ypres Halle aux Draps - Beffroi - 1200-1304

B-Ypres Halle aux Draps - Beffroi - 1200-1304

L'Eglise n'a plus le monopole des fêtes carillonnées :


B-Ypres Halle aux Draps - Beffroi - 1200-1304 - cylindre du glockenspiel = carillon

B-Ypres Halle aux Draps - Beffroi - 1200-1304 : quelques cloches du carillon-glockenspiel actionnées par le cylindre

A l'issue de la Révolution, les édifices publics adoptent la compostion architecturale des temples antiques (façon Maison Carrée de Nîmes) et de l'idéal démocratique qu'ils véhiculent alors. Mais la structure hiérarchique pyramidale de la société, que ces façades imposent, n'accueille pas la diversité des espoirs démocratiques. A Villeurbanne par exemple, de la façade les chapiteaux des colonnes ont disparu -ils sont visiblement absents !-, l'entablement a disparu, le fronton pyramidal a disparu... et les piliers de la société civile sont mis sur un pied d'égalité. Les matériaux les plus nobles ornent l'escalier d'accès du public aux services publics. L'architecture exprime le projet politique de la mairie communiste de l'époque :

69-Villeurbanne - Hotel de Ville - 1933 d'obédience communiste : les chapiteaux des colonnes ont disparu, l'entablement a disparu, le fronton pyramidal a disparu...

69-Villeurbanne - Hotel de Ville - 1933 d'obédience communiste : les marbres bleus dans la montée d'escaliers du public

Après la démission de Gorbatchev fin décembre 1991 qui acte la fin de l'URSS, en octobre 1993 Eltsine attaque au canon la Maison Blanche (à Moscou le siège du Parlement par opposition au siège de la Présidence des USA) car le Congrès des Réprésentants du Peuple de la Fédération de Russie a rejeté son projet de révision constitutionnelle. Cette mise au pas des institutions a permis à Poutine de remplacer l'heure de Moscou par les impériales aiglettes de la Sainte Russie :


URSS attaque du siège du Parlement par Eltsine en 1993 : la Voix de Moscou ne portera plus

(Sainte) Russie de Poutine après l'attaque du Parlement par Eltsine en 1993, l'heure de Moscou est remplacée par les aiglettes impériales

La maîtrise symbolique du temps est complétée par une autre promesse, celle de la Liberté.
En lointain écho au phare d'Alexandrie, à New York le fanal de la Statue de la Liberté attire et guide les pas des immigrants en Terre Promise, celle des U.S.A. . Pour célébrer le centenaire de la Déclaration de l'Indépendance de 1786, le sculpteur français Auguste Bartholdi parvient à ériger « La Liberté éclairant le Monde » offerte par le peuple français comme témoignage d'amitié entre les peuples :

USA-NY - Statue de la Liberté par Bartholdi - 1886

La Liberté éclairant le Monde par Bartholdi, sculpture en cuivre sur une structure de fer de Gustave Eiffel - terminée en 1884 à Paris avant son départ

USA-NY - Statue de la Liberté par Bartholdi - 1886 - Nancy Reagan inaugure la rénovation de 1986

Teheran la Statue de la Liberté vue depuis l'Iran islamiste

Jeddah la Statue de la Liberté vue depuis l'Arabie Saoudite islamiste le 28-01-2015

USA-NY - Statue de la Liberté : cible méprisée par Al-Qaïda le 9-11-2001

USA-NY - Statue de la Liberté par Bartholdi accueillant le soleil levant

Au fil des temps, quelques monuments cristallisent le sentiment national et deviennent à l'extérieur les symboles d'une nation à défaut que tous ses ressortissants s'y reconnaissent :
Paris-Bastille ; Berlin-Victoires ; Paris-Triomphes ; Paris-Eiffel ; Bruxelles-Atomium :


Paris - Place de la Bastille - Colonne de Juillet 1830 par Dumont - 1840 érigé 10 ans seulement après les événements qu'il célèbre, ce monument porte le génie de la Liberté qui éclaire le monde (à ses pieds) de la lumière de sa torche après avoir brisé ses chaines

Berlin - GrosseSternPlatz - Colonne des Victoires - 1864-1873 : célèbre la victoire sur la France en 1870 et l'annexion de l'Alsace et de la Lorraine, en réponse à l'Arc des Triomphes de Napoléon

Paris - axe Arc des Triomphes des armées de Napoléon - 1806-1836 : célèbre les victoires de la France impériale conduite par Napoléon

Construite en 1889 à l'occasion de l'Exposition universelle de Paris pour impressionner le monde entier, la tour de Gustave Eiffel est devenue le symbole de la France et de l'esprit français illuminant la terre entière :


Paris - Tour Eiffel par Gustave Eiffel - 1889 : construite à l'occasion de l'Exposition universelle pour impressionner le monde entier, elle est devenue le symbole de la France et de l'esprit français

Paris - Tour Eiffel par Gustave Eiffel - 1889 : devenue le symbole de la France et de l'esprit français

Paris - Tour Eiffel par Gustave Eiffel - 1889

A Bruxelles, la sculpture de l'Atomium, elle aussi construite pour une exposition universelle, montre les neuf atomes constitutifs d'un cristal de fer, l'une des structures moléculaires les plus solides qui soit et la plus répandue non pas seulement sur la Terre mais aussi dedans :


Bruxelles - Atomium par Waterkeyn+Polak - 1958 : reste le symbole de la Belgique, des Belges, de leur passé comme de leur avenir national comme européen

A Rome, le Vittoriano = Monument à Victor-Emmanuel II et à l'unificaton de l'Italie (1885-1911) est beaucoup plus locace dans ses allégories et tente davantage d'illustrer les qualités nationales. La composition générale réussit à montrer l'association des deux frontons extrêmes par un fort entablement enrichi des cités italiennes ; un monument associatif et non pas autoritaire :


Rome - Monument à Victor-Emmanuel II - 1885-1911 : le décryptage des figures allégoriques

Rome - Monument à Victor-Emmanuel II - 1885-1911

Rome - Monument à Victor-Emmanuel II - 1885-1911

En comparaison, le projet de société véhiculé par le Palais de la Civilisation du Travail commandé par Mussolini en 1938 manque de séduction :


Rome - Palazzo della civiltà del lavoro - 1938-1943

Au siège du Team Disney à Burbank (CA), l'interprétation locale des cariatides de l'Erechtheion athénien est certainement très judicieusement adaptée aux projets de la société Disney. Mais constitue-t-elle une caricature humoristique ou une description de la culture américaine qui devient progressivement mondiale ? :

USA-Ca - Burbank - Team Disney - Burbank building - 2015

USA-Ca - Burbank - Team Disney - Burbank building - 2015

A Buzludja (Bulgarie) la Maison du Parti Communiste conçue par Andrei Stoilov a été inaugurée en 1981. Erigée à plus de 1.400m d'altitude sur le lieu d'une bataille contre l'envahisseur turc en 1868, cette salle des congrès commémore les premières réunions préparant dès 1891 l'avènement du Socialisme en Bulgarie.
Au sommet de la montagne, Stoilov a composé l'image d'une soucoupe volante posée à proximité d'un haut signal marqué d'une étoile rouge, au-dessus d'une esplanade qui fait penser à une piste d'atterrisage. Stoilov compose une image d'anticipation ; il nous montre un avenir et non pas un passé : chacun sait que l'idéal socialiste n'est pas encore arrivé sur Terre. L'accès au site est d'ailleurs marqué d'un double flambeau : est-ce un flambeau de secours, est-ce l'évocation de la stéréoscopie (qui permet de voir le relief) ou bien la suggestion d'une voie différente ? :


Buzludja  (Bulgarie) - Maison du Parti Communiste par Andrei Stoilov - 1981 : accueil sur le site avec 2 flambeaux

Buzludja  (Bulgarie) - Maison du Parti Communiste par Andrei Stoilov - 1981 : aire d'atterrissage de la soucoupe volante du Socialisme

Buzludja  (Bulgarie) - Maison du Parti Communiste par Andrei Stoilov - 1981 : vue aérienne de l'aire d'atterrissage de la soucoupe volante du Socialisme en hiver

Buzludja  (Bulgarie) - Maison du Parti Communiste par Andrei Stoilov - 1981 : vue aérienne de l'aire d'atterrissage de la soucoupe volante du Socialisme

Buzludja  (Bulgarie) - Maison du Parti Communiste par Andrei Stoilov - 1981 : la tour de contrôle (70m) et sa gigantesque étoile rouge (12m)

Quelque part, cela ressemble à une église, avec un clocher avec une étoile au lieu d'une croix et un aéronef au lieu d'une nef : un monument qui célèbre la foi en l'humanité à venir. L'étoile est aussi déformée de manière à lui imprimer une silhouette humaine.
Plus de 6.000 travailleurs ont participé à ce dur chantier qui a duré 7 ans et mobilisé aussi une vingtaine d'artistes de renom en Bulgarie. En outre, une souscription nationale a permis de recueillir auprès des partisans l'équivalent de plus de 7 millions d'Euros, dont une partie a été dévolue à la construction du monument de Choumen célébrant les 1.300 ans de la fondation de la Bulgarie.
Voilà donc un monument qui cristallise l'identité nationale, la foi en un projet sociétal différent (quoique...) de l'idéal évangélique par exemple (idéal qui reste à venir, lui-aussi).


Buzludja  (Bulgarie) - Maison du Parti Communiste par Andrei Stoilov - 1981 - construction

Buzludja  (Bulgarie) - Maison du Parti Communiste par Andrei Stoilov - 1981 - construction

Buzludja  (Bulgarie) - Maison du Parti Communiste par Andrei Stoilov - 1981 - construction

Buzludja  (Bulgarie) - Maison du Parti Communiste par Andrei Stoilov - 1981 plans des différents niveaux

Buzludja  (Bulgarie) - Maison du Parti Communiste par Andrei Stoilov - 1981 - détail mosaïques de pate de verre - allégorie du travail manuel

Buzludja  (Bulgarie) - Maison du Parti Communiste par Andrei Stoilov - 1981 - détail mosaïque de pate de verre

En 1981, la Maison du Parti communiste est inaugurée dans la perspective collectiviste de l'époque :


Buzludja  (Bulgarie) - Maison du Parti Communiste par Andrei Stoilov - 1981 - inauguration

Buzludja  (Bulgarie) - Maison du Parti Communiste par Andrei Stoilov - 1981 vue panoramique dans l'auditorium

Buzludja  (Bulgarie) - Maison du Parti Communiste par Andrei Stoilov - 1981 vue de la galerie panoramique autour de l'auditorium

Mais le rideau de fer a été déchiré en 1989 puis l'URSS emportée en 1991 par le tourbillon de la montée en puissance des individualismes de toutes natures. Le bâtiment a été abandonné aux vandales et les 30 tonnes de cuivre de la couverture ont été pillées, entre autres dégradations :


Buzludja  (Bulgarie) - Maison du Parti Communiste par Andrei Stoilov - 1981 vue récente de la galerie panoramique autour de l'auditorium

Buzludja  (Bulgarie) - Maison du Parti Communiste par Andrei Stoilov - 1981 - détail des mosaïques de pate de verre, état original de la Croisade des Travailleurs et état contemporain

Buzludja  (Bulgarie) - Maison du Parti Communiste par Andrei Stoilov - 1981 : état de la grande salle de l'auditorium, au fond la figure des pères fondateurs du communisme

Buzludja  (Bulgarie) - Maison du Parti Communiste par Andrei Stoilov - 1981 - mosaique de pate de verre les figures tutélaires du communisme Marx, Engels et Lénine

Buzludja  (Bulgarie) - Maison du Parti Communiste par Andrei Stoilov - 1981 - une des figures du PC bulgare

Buzludja  (Bulgarie) - Maison du Parti Communiste par Andrei Stoilov - 1981 - dégradation de l'étoile rouge

Voilà ce qu'il advint d'un Objet Volant Non Identifié communiste, à mettre en perspective du saccage de beaucoup d'églises ou de monuments symboliques.

A Chandigarh, entre les les grands équipements d'état que sont le Parlement du Penjab et la Haute Cour de Justice, Le Corbusier a créé la « Tour des Ombres », un édifice ouvert à tous vents dont la rationalité est incontestable sous ce climat sub-tropical humide. Ce « machin à habiter » ne semble pas avoir d'autre utilité que d'offrir un lieu agréable et confortable. En satisfaisant simplement aux besoins physiologiques de l'homme, cette sculpture célèbre l'action bienfaitrice gratuite et généreuse :


Tower of Shadows « Tour des Ombres » à Chandigarh par Corbusier vers 1956 ? un espace ouvert à tous vents devant la Haute Cour de Justice

« Tour des Ombres » à Chandigarh par Corbusier vers 1956 ? un espace ouvert à tous vents

« Tour des Ombres » à Chandigarh par Corbusier vers 1956 ? un espace ouvert à tous vents devant le Parlement du Penjab

A proximité de la « Tour des Ombres » entre l'Assemblée du Penjab et la Haute Cour, Le Corbusier a composé « La Main ouverte », une sculpture monumentale haute de 26 mètres devenue symbole de la ville de Chandigarh.
Une main ouverte pour donner, une main ouverte pour recevoir. Son design évoque aussi la forme d'un oiseau, et constitue un motif plurisémantique récurent dans la production picturale de Le Corbusier :


« La Main ouverte » tableau de Le Corbusier

« La Main ouverte » à Chandigarh sculpture de Le Corbusier vers 1960

« La Main ouverte » à Chandigarh sculpture de Le Corbusier vers 1960

Une main volante qui distribue ses bienfaits à l'Humanité :


« La Main ouverte » à Chandigarh sculpture de Le Corbusier vers 1960



RETOUR VERS LE HAUT DE PAGE
D'autres informations ? poursuivez en visitant :
conference 2020 architectures laiques, au-dela de la religion pour l'humanité

complété et mis à jour le 7 novembre 2020
mentions-légales


Droit à l'Image :
si vous souhaitez que l'une de vos photos
soit supprimée de ce site pédagogique
promouvant l'intelligence et l'ingéniosité,
les qualités techniques et esthétiques du
patrimoine architectural mondial
dans le cadre du "FAIR USE",
merci de contacter le webmaster :
ici
elle sera supprimée sans délai.





HISTOIRES
D'ARCHITECTURES



terrasse pergola table hotes saillans vue 3 becs foret saou www.chambres-hotes-morin-salome.fr

.

pour contacter Frédéric Morin
architecte-conférencier :
06.14.18.75.89 -- 04.75.21.43.95


Droit à l'Image :
si vous souhaitez que l'une de vos photos
soit supprimée de ce site pédagogique
promouvant l'intelligence et l'ingéniosité,
les qualités techniques et esthétiques du
patrimoine architectural mondial
dans le cadre du "FAIR USE",
merci de contacter le webmaster :
ici
elle sera supprimée sans délai.


Conférences proposées
dans le cadre des nombreuses
Universités Populaires de la Drôme
ou à la
Maison de l'Architecture de la Drôme

Maison de l'Architecture de la Drôme logo
Association Loi 1901
Maison des Têtes
57, Grande Rue
26000 VALENCE
contact
.

LA FLUIDITÉ DES ESPACES ENTRE DEDANS ET DEHORS, OU « À LA FOIS DEDANS ET DEHORS », AVEC L'ARCHITECTURE MODERNE DEPUIS 1900 JUSQU'À 1980 :

ARCHITECTURE et CLIMAT
Fluidite des espaces
conference sur la fluidite des espaces dans l'architecture moderne
Adaptation climatique
Architecture moderne 1900-1980

ARCHITECTURE et CLIMAT
Fluidite des espaces
conference sur la fluidite des espaces dans l'architecture contemporaine
Adaptation bio-climatique
Architecture contemporaine 1980-2019

MAISONS D'ARCHITECTES
conférence de Frédéric Morin sur les maisons iconiques d'architectes vers une belle architecture bioclimatique adaptée au réchauffement
belle architecture bioclimatique
adaptation au réchauffement


ARCHITECTURE et CLIMAT
l'adaptation aux changements climatiques par la fluidité des espaces : 
  l'exemple des palais orientaux ; conférence de Frédéric Morin
l'adaptation des palais orientaux


ARCHITECTURE des DESERTS
conférence de Frédéric Morin sur l'architecture traditionnelle bioclimatique dans les zones désertiques
  l'adaptation aux changements climatiques : les solutions traditionnelles en Iran
adaptation des maisons en Iran


ARCHITECTURES
conference 2019 architecture des institutions démocratiques
DE LA DEMOCRATIE

ARCHITECTURES
architectures des societes GAFAM ; conference de Frederic Morin
SOCIETES GAFAM

ARCHITECTURES
Architectures des institutions européennes ; conference de Frederic Morin
Institutions Européennes

ARCHITECTURES
Architectures laiques, au-delà de la religion pour l'humanité ; conference de Frederic Morin
LAIQUES

LES PONTS histoire et techniques de construction des ponts depuis l'Antiquité romaine jusqu'à aujourd'hui ; conference de Frederic Morin
HISTOIRE & TECHNIQUES


MUSEES DU Architectures des musées du Sud-Est de la France ; conference de Frederic Morin
SUD-EST DE LA FRANCE


MATERIAUX de CONSTRUCTION
conference 2019 histoire techniques fabrication des materiaux de construction
histoire de leur fabrication


ARCHITECTURE CHRETIENNE
conference 2019 histoire de l'architecture chrétienne le long du pelerinage de Saint-Jacques de Compostelle
sur les chemins de St-Jacques


ARCHITECTURE MODERNE
histoire de l'architecture moderne en Allemagne jusqu'en 1933 ; conference de Frederic Morin
LES APPORTS ALLEMANDS


PRODUCTION ET COMMERCE
fabriquer et vendre ; espaces de la production et des échanges
palais des expositions

TRANSPORTS
icones du transport
transports & déplacements

BIBLIOTHEQUES
temples du livre
les temples du livre

MONUMENTS MEMORIELS
le culte des martyrs, la mémoire collective
les temples de la mémoire

IDENTITE NATIONALE
identité nationale
forger un sentiment collectif

ENCEINTES SPORTIVES
les dieux du stade
les temples du sport

SALLES DE SPECTACLE
divas, stars et étoiles
Divas, stars et étoiles

MUSEES DES SCIENCES
temples de la science
diffusion de la recherche

INSTITUTS SCIENTIFIQUES
temples de la recherche scientifique
les temples de la recherche

ENTRE DEHORS ET DEDANS
LA CONCEPTION MUSULMANE DE L'ARCHITECTURE
  La notion musulmane de l’espace privilégie un espace intermédiaire
  entre les espaces intérieurs et extérieurs : « ENTRE DEDANS ET DEHORS ».
  L’aboutissement de l’art des architectes musulmans ne serait pas la conception des volumes, 
  mais résiderait plutôt dans la manière de ne pas fermer l’espace.
conception musulmane de l'espace


VISITE DE SAILLANS
crest drome filature soie
histoire du vieux village


LA TOUR DE CREST
tour de crest drome
le plus haut donjon de France


GROTTE CHAUVET
ardeche grotte chauvet caverne pont arc
Gorges de l'Ardèche



Belles Lettres drômoises
au château de GRIGNAN




METIERS D'ART
POTERIE à DIEULEFIT

Histoire des POTIERS à DIEULEFIT
Potiers romains à Etienne NOEL


POTERIE TRADITIONNELLE
Enquête patrimoine potier à Dieulefit





ARCHEOLOGIE ORIENTALE

Châteaux omeyyades Syrie-Jordanie
exploitations agricoles musulmanes


PALAIS OMEYYADE de QASTAL
fouilles du site jordanien



ARCHITECTURE

ARCHITECTURES MODERNES
genèses et développements


ARCHITECTURES MUSULMANES
histoires et développements


ENTRE DEHORS ET DEDANS
la conception musulmane de l'espace


HISTOIRE

La Libération de Paris en Août 1944
L'officier des transmissions
Ernst v.Bressensdorf
et les télégrammes d'Hitler



RETOUR VERS
LES AUTRES
CONFERENCES DE
FREDERIC MORIN
cliquez ici

.